Documentaires sur le cinéma

 

Nouvelle section du festival Lumière : les documentaires dédiés au cinéma et à son histoire. Chaque année, des réalisateurs nourrissent l’histoire du cinéma par des « films sur les films ». C’est à eux aussi que le festival Lumière souhaite rendre hommage. Au programme de Lumière 2011, des documentaires sur des cinéastes (Jacques Becker, William A. Wellman, Elio Petri, Maurice Pialat), une actrice (Dominique Laffin), des films (Vol au-dessus d’un nid de coucou), des genres cinématographiques (films de yakuzas, cinéma érotique japonais). Et un film inédit en exclusivité : un portrait de Jean Douchet par le cinéaste Thierry Jousse, présenté en avant-première. Rendez-vous tous les jours dans la salle de cinéma de la Villa Lumière.

 

Séances en entrée libre : un billet est nécessaire pour accéder à la séance. Il est conseillé de retirer ses places à l’avance aux points de billetterie. Pas de retraits ni de réservations possibles via internet.

 

Vendredi 7 octobre

 

SALLE DE PROJECTION DE LA VILLA LUMIÈRE (ENTRÉE LIBRE)
18h30 Jacques Becker, la passion cinéma de Hubert Niogret (1998, 1h17)
En présence de Hubert Niogret
20h30 Maurice Pialat, l’amour existe d’Anne-Marie Faux et Jean-Pierre Devilliers (2007, 1h21)
Présenté par Sylvie Pialat

 

 

Samedi 8 octobre

 

SALLE DE PROJECTION DE LA VILLA LUMIÈRE (ENTRÉE LIBRE)
17h Jean Douchet ou l’art d’aimer de Thierry Jousse (2011, 1h15)
En présence de Jean Douchet et Thierry Jousse
19h15 Cinéastes de notre temps de Claude de Givray (1967, 1h16)
21h Elio Petri, notes sur un auteur de Stefano Leone, Federico Bacci, Nicola Guarneri (Elio Petri… appunti su une autore, 2005, 1h10)

 

 

Dimanche 9 octobre

 

SALLE DE PROJECTION DE LA VILLA LUMIÈRE (ENTRÉE LIBRE)
11h30 Il était une fois... Vol au-dessus d'un nid de coucou d’Antoine de Gaudemar (2011, 52min)
En présence d’Antoine de Gaudemar
14h30 Jacques Becker ou l’élégance morale de Claude-Jean Philippe (1979, 24min)
15h30 The Men who Made Movies: William Wellman de Richard Schickel (1973, 58min)
17h Marcel Ophuls et Jean-Luc Godard : La rencontre de Saint-Gervais de Vincent Lowy et Frédéric Choffat (2011, 44min)
En présence de Vincent Lowy

 

---------------------------------------------------------------------

 


LOIN DE HOLLYWOOD
L’ART EUROPÉEN DU CINÉMA MUET
CINEMA EUROPE : THE OTHER HOLLYWOOD
(1995, Grande-Bretagne, 6 épisodes de 52 min)
de Kevin Brownlow et David Gill
Pour accompagner l’hommage fait à Kevin Brownlow, voici l’un de ses chefs d’oeuvres : une série sur le cinéma muet européen.
Cette enquête foisonne d’interviews de pionniers tels qu’Abel Gance, Leni Riefenstahl et Alfred Hitchcock. A ne pas manquer.

 

   
JACQUES BECKER, LA PASSION CINÉMA
(1998, France, 1h17)
de Hubert Niogret
Quatorze films dans une carrière interrompue trop tôt par la mort prématurée de son réalisateur à l’âge de 54 ans. Quatorze films qui comptent parmi les meilleurs du cinéma français entre la Seconde Guerre mondiale et l’arrivée de la Nouvelle Vague. De Dernier atout (1942) au Trou (1960), Jacques Becker a poursuivi sa passion pour le cinéma, commencée aux côtés de Jean Renoir.
Par Hubert Niogret, membre de l’équipe de rédaction de Positif.

 

   
JACQUES BECKER OU L’ÉLÉGANCE MORALE
(1979, France, 24 min)
de Claude-Jean Philippe
Par le légendaire Claude-Jean Philippe, un autre documentaire rare sur Becker. Assistant de Jean Renoir et grand amateur de jazz, Jacques Becker a dépeint l’amitié et la fraternité comme une société secrète, dont la trahison conduit à l’exclusion et à la solitude.

 

   
CINÉASTES DE NOTRE TEMPS JACQUES BECKER
(1967, France, 1h16)
de Claude de Givray
Grâce aux témoignages d’amis, de collaborateurs et de comédiens se dessine la figure de Jacques Becker, cinéaste français classique, charnière entre le cinéma des années cinquante et celui de la Nouvelle Vague. Réalisé par celui qui fut l’ami de François Truffaut, grand admirateur de Becker devant l’éternel.

 

   
   
THE MEN WHO MADE MOVIES : WILLIAM WELLMAN
(1973, USA, 58 min)
de Richard Schickel
Délinquant juvénile, garçon de course, aviateur pendant la Première Guerre mondiale, mauvais acteur, réalisateur viré de nombreux studios : ce documentaire nous propose de découvrir l’individu complexe qu’était Wellman, qui disait avoir eu cent vies. Avec de nombreuses interviews de Wellman. Réalisé par le grand historien Richard Shickel.

 

   
YAKUZA EIGA,UNE HISTOIRE DU CINÉMA YAKUZA
(2008, France-Japon, 1h)
d’Yves Montmayeur
De l’âge d’or des années soixante à sa relative désaffection actuelle, l’histoire d’un cinéma subversif étroitement liée à celle de ses (anti)héros : les yakuzas, gangsters traditionnels du Japon… Un cinéma fait de postures rituelles, et de combats hyper violents dont les films dévoilent les arcanes du Milieu de l’archipel, en même temps qu’ils inventent le cinéma moderne japonais!

 

   
PINKU EIGA, INSIDE THE PLEASURE DOME OF JAPANESE EROTIC CINEMA
(2011, France-Japon, 1h25)
d’Yves Montmayeur
Expérience cinématographique unique, le film érotique nippon a su canaliser tous les débordements artistiques, politiques et sexuels de la société contemporaine japonaise. Des images underground pop et arty des Pinku Eiga, aux films d’auteurs de la série mythique du Roman Porno produite par le studio de la Nikkatsu, ce documentaire est une exploration aussi jouissive que sulfureuse de l’imaginaire érotique japonais !

 

   

ELIO PETRI, NOTES SUR UN AUTEUR
(2005, Italie, 1h10)
de Stefano Leone, Federico Baci et Nicola Guarneri
Elio Petri était l’un des plus grands réalisateurs du cinéma italien. Son oeuvre s’est concentrée sur une série de personnages qui, avec leurs névroses, leurs problèmes mentaux et leurs phobies révèlent à différents niveaux comment la répression de la société capitaliste impacte l’individu. Grâce aux témoignages de personnalités comme Vanessa Redgrave, Bernardo Bertolucci, Franco Nero, Robert Altman et Ursula Andress, ce film apporte enfin une importante contribution à la redécouverte de ce réalisateur.

 

   

MARCEL OPHÜLS ET JEAN-LUC GODARD : LA RENCONTRE DE SAINT-GERVAIS
(2011, Suisse, 44 min)
de Vincent Lowy et Frédéric Choffat
Après la projection d’un film de Marcel Ophüls dans une salle à Saint-Gervais, en Suisse, le réalisateur et Godard conversent. Il est question d’un vieux projet imaginé ensemble sur la Palestine, et abandonné pour cause de différend sur les méthodes.

 

   

DOMINIQUE LAFFIN, PORTRAIT D’UNE ENFANT PAS SAGE
(2007, France, 55 min)
de Laurent Perrin
Laurent Perrin réalise en 1985 Passage secret, son premier long métrage, avec Dominique Laffin dans le rôle principal. L’actrice meurt peu avant la sortie du film à l’âge de 33 ans. Le cinéaste interroge ceux qui ont entouré sa brève carrière, de Jacques Doillon à Josiane Balasko en passant par Catherine Breillat, et scrute le visage de Dominique Laffin à travers les extraits de ses films comme pour sonder son énigme. Un documentaire pour découvrir l’actrice qui joue dans Dites-lui que je l’aime (Claude Miller, 1977) et La Nuit tous les chats sont gris (Gérard Zingg, 1977), programmés au festival Lumière 2011.

 

   

MAURICE PIALAT, L’AMOUR EXISTE
(2007, France, 1h21)
d’Anne-Marie Faux et Jean-Pierre Devilliers
Le cinéma de Maurice Pialat est parcouru par une évidence : ce qui se vit, se dit, s’invente, se défait dans la vie résonne – le plus souvent en échos fracassants – un jour ou l’autre, dans les films. Ce sont de ces correspondances dont sont partis les auteurs pour tracer une forme d’autoportrait, celui d’un cinéaste qui n’oublia jamais ce que fut l’enfance et ne voulut rien céder quant à ce qu’aimer veut dire. Produit par Sylvie Pialat, commentaire dit par Gérard Depardieu.

 

   

IL ÉTAIT UNE FOIS…VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COUCOU
(2011, France, 52 min)
d’Antoine de Gaudemar
Milos Forman tourne Vol au-dessus d’un nid de coucou en 1975. Au même moment, en URSS, le pouvoir soviétique enferme les opposants politiques dans des asiles psychiatriques. Tourné dans un hôpital psychiatrique à Salem (Oregon), avec la participation du directeur, de soignants et de dizaines de patients employés comme figurants, le film a aussi été une expérience à l’image des utopies de l’époque. Un clin d’oeil au cinéaste tchèque, lauréat du prix Lumière 2010.

 

   

JEAN DOUCHET OU L’ART D’AIMER
(2011, France, 1h15)
de Thierry Jousse
Un portrait inédit de Jean Douchet, compagnon de route de la Nouvelle Vague et grand passeur de la cinéphilie. L'occasion de se plonger dans la trajectoire de ce personnage épicurien et de voir à l'oeuvre sa méthode unique d'analyse de l'histoire du cinéma. Avec la participation de Barbet Schroeder, André Téchiné, Xavier Beauvois, François Ozon, Thierry Frémaux, Frédéric Bonnaud…

 

   
   
   



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011