Vincent Elbaz

 

Vincent Elbaz suit trois ans de formation au cours Florent et monte une troupe de théâtre. Il a connu une période d'apprentissage dans différentes pièces : L'Ouest le vrai (Sam Shepard, 1990-1992), La Plaisante aventure (Carlo Goldoni, 1992) et Le Bouc (Fassbinder, 1993).
Découvert dans Le Péril jeune de Cédric Klapisch (1993), Vincent Elbaz fait de brèves apparitions dans Le Plus bel âge de Didier Haudepin (1994) ou dans Enfants de salaud de Tonie Marshall (1995). Ce dernier film lance sa carrière d'acteur. Habitué à des rôles légers et comiques dans Les Randonneurs de Philippe Harel (1997) - qui lui vaut une nomination aux César dans la catégorie du meilleur espoir masculin - et encore dans La Vérité si je mens ! de Thomas Gilou, (1997), il change de registre en incarnant des personnages plus sombres dans Sans désir apparent d’Olivier Péray (1997) ou Un pur moment de rock and roll (1998) de Manuel Boursinhac, dans lequel il incarne un toxicomane. Sa personnalité de moqueur lui vaut d'autres rôles dans Grève party (1998) de Fabien Onteniente, Quasimodo d'El Paris (1999) de Patrick Timsit ou Peut-être (1999) de Cédric Klapisch. En 1998, il remporte le prix Jean Gabin qui le porte comme le meilleur espoir masculin du cinéma français. Dans les années 2000, il tourne quelques comédies romantiques, notamment avec Michel Spinosa pour La Parenthèse enchantée (2000), puis avec Rémi Bezançon pour Ma vie en l’air (2005) aux côtés de Marion Cotillard et Gilles Lellouche. Il interprète de nombreux personnages de comédie dans Tel père telle fille (2007) d’Olivier De Plas, dans la suite des randonneurs : Les Randonneurs à Saint-Tropez (2008) de  Philippe Harel ou encore dans Tellement proches (2009) d’Olivier Nakache et Eric Toledano. Il alterne ces rôles avec des personnages plus sombres dans des films de crime. On le trouve ainsi dans Le Dernier gang (2007) d’Ariel Zeitoun, Le Parfum de la dame en noir de Bruno Podalydès (2005) et plus récemment dans Comme les cinq doigts de la main (2010) d’Alexandre Arcady et L’Assaut (2010) de Julien Leclercq.

En tournage de La Vérité si je mens 3 de Thomas Gilou, Vincent Elbaz fera une halte au festival Lumière 2011 afin de présenter Le Choix des armes d’Alain Corneau (1981).

 

Source : http://cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr/index.php?pk=53082




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011