Charlotte Rampling

 

Née en Angleterre, Charlotte Rampling passe une partie de son enfance en France. Elle débute en Grande-Bretagne avec Le Knack ou comment l'avoir de Richard Lester (1964), poursuit avec Rotten to the Core de John Boulting (1965) et Georgy Girl de Silvio Narizzano (1966), où son personnage est typique du "swinging London" de l'époque. Avec Portier de nuit (1974) de Liliana Cavani, elle interprète un rôle ambigu qui fait parler d’elle. Ses films révèlent une certaine exigence et un goût pour les personnages vénéneux comme dans Adieu ma jolie (1975) de Dick Richards ou La Chair de l'orchidée (1976) de Patrice Chéreau. Dans un autre registre, elle joue la carte de la séduction dans Stardust Memories (1980) de Woody Allen. Son image énigmatique au parfum de scandale est relancée par Max mon amour (1986) de Nagisa Ôshima, où elle incarne une femme du monde racée et élégante qui tombe amoureuse d'un gorille. En 1987, elle tourne avec Alan Parker dans Angel Heart. Elle travaille également pour la télévision, avec La Femme abandonnée d'Edouard Molinaro (1992). Elle tourne avec de nombreux cinéastes étrangers : Hammers Over the Anvil d’Ann Turner (1993), Time Is Money de Paolo Barzman (1994), Aspahlt Tango de Nae Caranfil (1996). En 2000, elle joue dans La Cerisaie de Michael Cacoyannis. En 2001, elle reçoit un César d’honneur pour sa carrière. Elle rencontre ensuite François Ozon avec qui naît une belle collaboration : Sous le sable (2000) ou encore Swimming-pool (2003) dans lequel son duo avec Ludivine Sagnier est aussi troublant que crédible. En 2002, elle joue pour Tony Scott dans Spy game, jeu d'espions, puis elle revient à la comédie avec Embrassez qui vous voudrez (2002) de Michel Blanc. Elle change de registre en 2004, en tournant dans Immortel (ad vitam) d'Enki Bilal. Le film est l'adaptation de la bande dessinée noire et futuriste. En 2005, on la retrouve dans Lemming de Dominik Moll ; dans ce thriller où tout vire au cauchemar, elle est la femme mystérieuse et effacée d'un patron d'entreprise. Elle joue ensuite dans Basic Instinct 2 de Mickael Caton-Jones (2006) et dans la comédie sentimentale, Désaccord parfait d'Antoine de Caunes aux côtés de Jean Rochefort. En 2007, elle retrouve François Ozon pour Angel. Elle tourne également dans Babylon A. D. de Mathieu Kassovitz en 2008. Dernièrement, on a pu la voir dans Melancholia de Lars Von Trier (2001) et elle vient de terminer le tournage de trois nouveaux films.

Charlotte Rampling rejoint les invités du festival Lumière 2011 et présentera The Look, film que lui a consacré Angelina Maccarone.

Source : http://cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr/index.php?pk=47038




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011