Nuit de la bande-annonce

Axel Brücker


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma

Axel Brücker, Empereur de la bande-annonce

 

« Prochainement sur cet écran », « Coming soon », etc. : que de promesses (parfois tenues, parfois pas) faites aux spectateurs par les bandes-annonces, ces petits montages subtils chargés de les séduire et de leur faire croire que le prochain film projeté dans la salle est encore meilleur que celui qui va bientôt commencer.

 

Dans ces promotions (mot qu’on employait alors), Michel Audiard fait écrire à Annie Girardot qu’« Audiard est un con » alors que Jean Yanne prétend que son film, « c’est de la m… », que Jean-Pierre Mocky se confesse en avouant que « Satan m’habite » et que Reznikov, l’un des plus grands réalisateurs de films-annonces, n’hésite pas, pour vendre le film Yiddish Connection, loin du politiquement correct qui n’existait pas encore, à dire que la bande-annonce ne montrera rien car « il faudra payer pour le voir et qu’on va pas vous montrer des images gratuitement… » Westerns ou comédies musicales, polars ou comédies romantiques, les bandes-annonces n’avaient qu’un seul but : séduire le spectateur. Conserver et restaurer le patrimoine cinématographique est un principe qui s’est appliqué à l’origine aux longs métrages de cinéma. Puis sont venus les courts métrages et les documentaires.

 

Axel Brücker, lui, a conservé les bandes-annonces. Au total, sa collection compte 20.000 pièces d’archives et est sans doute la première au monde. Lumière 2011 est fier de mettre en valeur cette collection et celui qui l’a constitué. Parce qu’il s’agit d’un festival d’amour du cinéma, d’histoire du cinéma, le festival vous invite à « visiter » (en action) le Trailers Museum (trailer : bande-annonce en anglais), le Musée de la Bande-Annonce, au cours d’une soirée exceptionnelle où le gardien du musée (un gardien généreux, enthousiaste et protecteur), Axel Brücker, a sélectionné les plus extraordinaires bandes-annonces de sa collection. Les plus cinéphiles, peut-être. Les plus drôles, certainement. Les plus prétentieuses aussi, les plus mensongères, parfois, les plus intelligentes, souvent, et aussi, heureusement, les plus belles.

 

Certains réalisateurs n’hésitent pas à superviser, eux-mêmes, la promotion en salle de leurs films, comme Alfred Hitchcock, bien sûr, ou François Truffaut qui n’hésite pas à faire dire à la voix-off de la bande-annonce de son premier film, Les 400 coups : « Truffaut a fait mieux qu’un chef-d’œuvre » ! (Ce qui n’est pas entièrement faux, d’ailleurs). Ou bien comme Jean-Luc Godard, commentant lui-même les images de la bande-annonce de son film, la termine en annonçant fièrement qu’à bout de souffle est « le meilleur film du moment ! » Et pour cela, l’interpeller, le faire rire ou l’intriguer, mentir aussi, parfois, mais comme le dit Antoine Doisnel dans Les 400 Coups : « J’mens, j’mens, des fois j’dirais la vérité qu’on m’croirait pas ! »

 

Axel BRÜCKER est « tombé tout petit » dans le cinéma, puisqu’il est le fils de Claude BRÜCKER qui a dirigé des salles d’art et d’essai parisiennes mythiques comme le Vendôme, le Bonaparte, le Studio Raspail, et le distributeur des premiers films de Bergman, Fellini ou Buñuel. Après des études de cinéma à Los Angeles, Axel Brücker rentre au groupe Publicis pour y diriger les cinémas et c’est là qu’il rencontre Daniel Toscan du Plantier qui l’embarque dans l’aventure de Gaumont.

 

Depuis, toute sa carrière tournera autour de la publicité et du cinéma jusqu’à la création de son agence Génériques. C’est en 1987 qu’Axel rachète le célèbre Cinéma Mac-Mahon, temple parisien de la cinéphilie (dont le couple Tavernier/Rissient a écrit une partie de la légende) et relance la société de distribution en rééditant les principales comédies musicales hollywoodiennes ou des films de légende comme Ben-Hur. Depuis son enfance, Axel collectionne les bandes-annonces ramassées dans les cabines de projection et c’est en 78 qu’il eut l’idée de créer, à Cannes, un premier festival de films-annonces qui deviendra bientôt, au sein du grand festival, le FIBA, le Festival International de la Bande-Annonce.

 

Aujourd’hui, Axel Brücker a regroupé les milliers de bandes-annonces de sa collection au sein du Trailers Museum (Le Musée de la Bande-Annonce) qui fera l’objet, l’an prochain, d’une numérisation pour sa sauvegarde et pour la promotion ou l’enseignement du cinéma et servira de cinémathèque pour le dépôt des films-annonces.

 

 





Entracte avec possibilité de restauration légère




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011