Le Sucre

Jacques Rouffio

France, 1978


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Adrien Courtois (Jean Carmet) est un fonctionnaire des impôts à la retraite. Sur les conseils de Renaud-Raoul d’Homecourt, Vicomte de la Vibraye (Gérard Depardieu), il place toute la fortune de sa femme sur les actions du sucre en bourse. Ce n’était qu'une arnaque. Ruiné, il tente de se suicider. Mais Raoul se prend d'amitié pour lui et décide de l'aider à récupérer sa mise...

À l’origine du scénario, il y a le krach boursier réel du sucre en 1974, victime du marché de matières premières. L’escroquerie de départ fut simple : décréter artificiellement qu’il n’y avait plus de sucre en France, afin d’attirer ainsi les spéculateurs. Il en résulta un affolement général, caractérisé par une course au sucre dans les magasins, soixante-cinq milliards de centimes envolés et la quasi-fermeture de trois banques. Grand supporter du Sucre, Xavier Giannoli (Quand j’étais chanteur, À l'origine) confirme que « l’idée du film est née d’une grande colère de voir l’extraordinaire cupidité de certains capitalistes, qui vont, pour spéculer, ruiner des petits épargnants. » Mais Le Sucre va au-delà de l’appréhension des mécanismes boursiers et du fait-divers authentique. Découvrir ce film après la récente crise financière et réaliser que ces situations ne sont qu’un éternel recommencement, voilà une œuvre inspirée ! Jacques Rouffio utilise cet événement, dont Georges Conchon avait sorti un livre (Le Sucre, Albin Michel, 1977), comme un superbe prétexte à une farce « satirique, au ton de comédie italienne », écrit Jacques Siclier dans Le Monde. À la morale, le cinéaste préfère le divertissement, dont le superbe casting est le point d’orgue. Deux ans après 7 morts sur ordonnance, il retrouve Gérard Depardieu, qui excelle ici en jeune requin séducteur aux scrupules très relatifs, et Michel Piccoli, qui offre une savoureuse performance en mégalomane magnat de la finance. Le (très) regretté Jean Carmet campe un pigeon attachant, éveillant sympathie autant que moquerie. Les gags se succèdent, aux dépens de ce pauvre Adrien, pris dans une toile finement tissée. Les rouages comiques et les dialogues sont truculents, permettant de se délecter de l’absence totale de moralité dans tous les camps ! Venez-vous délecter (sans culpabilité !) du Sucre, en présence de Jacques Rouffio et de Xavier Giannoli qui présenteront le film.

 

DEPARDIEU ET CARMET, ÉQUILIBRISTES DE LA FARCE
L’amitié et l’admiration que Gérard Depardieu avait pour Jean Carmet devait durer jusqu’à la mort inattendue de l’acteur, en 1994 : « Tu es un monsieur Plume avec de l’énergie, une santé paysanne, mais avec la même finesse, le même raffinement. Ta vraie nature est celle d’un tragédien. Jean Carmet est le seul comédien qui fasse passer les petits défauts de la nature humaine avec autant de grandeur » écrit Gérard Depardieu dans l’ouvrage de Roberto Chiesi paru chez Gremese en 2005.

 

GEORGES CONCHON
Prix Goncourt 1964, le romancier et scénariste occupait également le poste de secrétaire des débats au Sénat, ce qui explique en partie la parfaite adéquation entre ses talents d’écrivain et d’observateur avisé du monde politique et financier. Le regard empreint d’ironie qu’il posait sur la société qui l’entourait est entre autres, à l’origine de son succès.

 

UNE PLUIE DE NOMINATIONS
Le Sucre a été nommé en 1979 à la cérémonie des César dans plusieurs catégories : meilleur acteur pour Gérard Depardieu, meilleur acteur dans un second rôle pour Jean Carmet, meilleure actrice dans un second rôle pour Nelly Borgeaud et meilleur scénario, dialogue ou adaptation pour Jacques Rouffio.

 





Le Sucre
France, 1978, 1h40, couleur, format 1.66

Réalisation : Jacques Rouffio
Scénario : Jacques Rouffio et Georges Conchon (d’après le livre de ce dernier)
Dialogues : Georges Conchon
Assistants à la réalisation : Jacques Fontanier, Philippe Lopes-Curval
Photo : René Mathelin
Musique : Philippe Sarde
Montage : Geneviève Winding
Décors : Jean-Jacques Caziot, Claude Lenoir
Costumes : Catherine Leterrier
Production : Lise Fayolle, Giorgio Silvagni

Interprètes : Jean Carmet (Adrien Courtois), Gérard Depardieu (Raoul-Renaud Homecourt), Michel Piccoli (Grezillo), Nelly Borgeaud (Hilda Courtois), Georges Descrières (Vandelmont), Roger Hanin (Karbaoui), Marthe Villalonga (Madame Karbaoui), Jean-Paul Muel (Pergamont), Claude Piéplu (Président Berot), Tony Taffin (Flanqué)

Sortie en France : 15 novembre 1978

Distributeur : Gaumont

Copie restaurée en numérique 2K par Gaumont en 2011.





Diaporama :
 : Le Sucre  : Le Sucre  : Le Sucre  : Le Sucre  : Le Sucre
 : Le Sucre  : Le Sucre  : Le Sucre    




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011