Portrait d'une enfant déchue

Jerry Schatzberg

Etats-Unis, 1970


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Lou Andreas Sand (Faye Dunaway) est ancien mannequin. Brisée par le milieu de la mode, elle s’est réfugiée dans une maison au bord de l’Atlantique, où elle consacre sa vie à la peinture et à la sculpture. Lorsqu’elle cherche à reconstituer le puzzle de sa jeunesse, son ami Aaron Reinhardt (Barry Primus) la pousse à se livrer sur un magnétophone. Il en résulte une mosaïque de souvenirs où la réalité est soumise aux caprices de l’imagination et de la mythomanie…

Bénéficiant d’attachés de presse offensifs et érudits (Pierre Rissient et Bertrand Tavernier, pas encore cinéaste, qui compare Faye Dunaway à une actrice « bergmanienne »), le film causa à sa sortie l’émoi des meilleurs spécialistes : « Jamais sans doute depuis Le Garçon aux cheveux verts (The Boy with Green Hair, Joseph Losey, 1948), une première œuvre américaine n’avait témoigné d’une maîtrise aussi confondante, écrit Michel Ciment dans Positif. Portrait d’une enfant déchue possède en commun avec Joseph Losey cet art de montrer en toute lucidité l’incroyable profondeur d’une blessure secrète. » Ciment restera fidèle à Schatzberg, jusqu’à lui consacrer un livre : De la photographie au cinéma (Le Chêne). Avec Puzzle le photographe Jerry Schatzberg vient en effet de réussir son passage derrière la caméra, même son sujet conserve une dernière trace de son ancienne vie : « La photographie, dit-il, a exercé mon œil et mon esprit, elle m’a enseigné à penser. » Dans ces années soixante-dix qui voient la nouvelle génération du cinéma américain témoigner des désillusions de l’Amérique (au même moment, Jane Fonda, en call-girl dans Klute d’Alan Pakula, livre également ses confessions à son psychanalyste), Jerry Schatzberg évoque un système où même ceux qui le contrôlent peuvent en devenir victimes. Pour Lou, le succès n’y aura rien changé, elle connaîtra l’exclusion par le milieu même qui l’a façonnée et détruite. Schatzberg opte pour une mise en scène audacieuse, où les défis sonores rivalisent avec un récit original, à tel point qu’un lien particulier se crée avec le spectateur, qui seul accède aux représentations mentales de l’héroïne. Portrait d’une enfant déchue est un film qui a marqué son époque. Il n’était plus visible depuis très longtemps. Le voilà qui ressort grâce à Carlotta. Après une présentation en avant-première mondiale à Cannes 2011 (où une de ses photos de Faye Dunaway ornait l’affiche annuelle), Jerry Schatzberg sera à Lyon, où il est chez lui depuis longtemps (on le voit en photo sur le Mur des cinéastes, rue du Premier-Film, accompagnant Andre de Toth et Youssef Chahine pour le Centenaire du cinéma), pour qu’on puisse redire quel grand cinéaste il demeure.

 

FAYE DUNAWAY

Un clin d’œil à sa longue filmographie suffit pour s’en convaincre : des grands cinéastes de sa génération, Faye Dunaway n’a manqué quasi-personne et personne ne lui a manqué (car Scorsese, Coppola ou Cimino arrivent un chouïa plus tard) : Arthur Penn, Elia Kazan, John Frankenheimer, Richard Lester, Roman Polanski, Sidney Pollack, Norman Jewison, Sidney Lumet. Et Emir Kusturica lui donnera un beau rôle dans Arizona Dream (1993)

 

DE LA PHOTOGRAPHIE AU CINÉMA

Jerry Schatzberg est photographe de mode lorsqu’il rencontre Ann Saint-Marie, top model qui traverse une dépression. « C’est la raison pour laquelle je suis devenu cinéaste. J’ai travaillé avec elle dans cette épreuve qu’elle traversait. J’ai vu d’autres mannequins devenir junkies, ou se suicider. C’est un milieu qui rend très fragile. Or, je voulais raconter cette histoire et n’étais pas capable de l’écrire. Les photos, là, ne suffisaient pas. »

 

COHERENCE D’UNE ŒUVRE

Panique à Needle Park, second film de Jerry Schatzberg, est sorti en France avant Portrait d’une enfant déchue, entraînant une méprise de la critique. Michel Capdenac (Les Lettres Françaises, 1972) traduit cette confusion : « Cette intervention dans la chronologie d’une œuvre a pu fausser en partie notre lecture. Il apparaît, à la lumière de Puzzle et de sa préséance, que le propos de Schatzberg était au fond plus vaste et ambitieux qu’on ne pouvait le croire, ses ramifications sociologiques et métaphysiques plus étendues. »

 

LOU ANDREAS-SALOMÉ

Le personnage de Lou Andreas Sand fait référence à la romancière et psychanalyste Lou Andreas-Salomé (1861-1937), muse et amie de Nietzsche et Freud ou encore maîtresse de Rainer Maria Rilke. Carol Eastman, la scénariste de Portrait d’une enfant déchue, signe ici une filiation marquée entre l’héroïne du film et cette féministe avant la lettre, dont la vie intime fut mystérieuse.

 







AffichePortrait d’une enfant déchue

(Puzzle of a Downfall Child)
états-Unis, 1970, 1h44, couleur, format 1.85

Réalisation : Jerry Schatzberg
Scénario : Jerry Schatzberg, Adrian Joyce
Assistants à la réalisation : Robert Schneider, Martin Miller
Photo : Adam Holender
Musique : Michael Small
Montage : Evan A. Lottman
Décors : Hubert J. Oates
Costumes : Jo Ynocencio, Terry Leong
Production : John C. Foreman, Jerry Schatzberg et Paul Newman & Joanne Woodward (non crédités)

Interprètes : Faye Dunaway (Lou Andreas Sand), Barry Primus (Aaron Reinhardt), Viveca Lindfors (Pauline Galba), Barry Morse (Dr Galba), Roy Scheider (Mark), Ruth Jackson (Barbara Casey), John Heffernan (Dr Sherman), Sydney Walker (psychiatre), Clark Burckhalter (Davy Bright), Shirley Rich (Peggy McCavage)

Sortie aux états-Unis : 16 décembre 1970
Sortie en France : 30 janvier 1972

Distributeur : Carlotta Films

Copie restaurée tirée d’après le négatif original

Ressortie en salles le 28 septembre 2011





Diaporama :
 : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue
 : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue  : Portrait d'une enfant déchue    

Séances



Mercredi 15 octobre à 14h30, E BELLECOUR 1 / LYON 2




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011