Other Men's women

William A. Wellman

États-Unis, 1931


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Bill White (Grant Withers) est un homme à femmes, il mène une vie insouciante et refuse les responsabilités. Mary (Joan Blondell), sa petite amie de temps à autres, est désireuse de se marier, mais ce n’est pas du tout dans les projets de Bill. Jack (Regis Toomey), son collègue et ami, l’invite à passer un moment chez lui. C’est à cette occasion que Bill et Lily (Mary Astor), la femme de Jack, tombent amoureux…

Ce petit film démarre comme une comédie, avec des personnages enjoués et blagueurs. Dès la première scène, le spectateur sait que le film a été tourné avant le Code Hays : un cheminot baratine une serveuse, avec tape sur les fesses et sous-entendus érotiques ; ces choses de la vie disparaîtront bientôt du cinéma américain. Petit à petit, le triangle amoureux tourne à la tragédie. L’histoire d’amour passe derrière ce qui compte aux yeux de Wellman : l’amitié qui lie Bill et Jack depuis l’enfance, et ce qu’il en advient. C’est la perte de cette amitié qui les blesse le plus. Certains aspects du film tiennent du documentaire : la petite ville endormie et sa banlieue tranquille, sa crasseuse et humide salle de danse, son vaste réseau de chemins de fer, ses gares de triages et ses hangars pleins de fumée. On retrouve le goût de William A. Wellman pour le réalisme et les décors naturels. Alors que dans Les Ailes, le triangle amoureux se déroule au milieu des avions, nous sommes ici au milieu des voies ferrées. Citons encore Bertrand Tavernier : « J’ai eu un choc lorsque j’ai découvert Other men’s women. J’en avais vu quelques plans dans un documentaire de Jean-Pierre Gorin et leur effet était sidérant. Dans Other men’s women, autre remarquable réussite à l’énergie, la vitalité confondantes, le découpage intègre les extérieurs réels, les éléments de la vie quotidienne aux péripéties scénaristiques, piétine règles et conventions, ce qui nous vaut un ton, un style plus proche de Jean Renoir que de Lloyd Bacon ou de Ray Enright. La première séquence, un marivaudage dans un bar, est entièrement rythmée par le passage réel d’un train qui lui donne sa durée, le mécanicien comptant les wagons tout en baratinant la fille et en buvant son café avant de sauter sur le dernier fourgon. Encore plus remarquable, une dispute sur une voie ferrée est filmée en un seul plan. Lorsque la jeune fille s’eloigne et sort du champ, Wellman reste sur l’homme qui continue à crier, de plus en plus fort, sa fiancée lui répondant est hors champ. James Cagney y est encore une fois génial. » (Amis américains, Institut Lumière/Actes Sud, 2008)

 

DUO

James Cagney et Joan Blondell avaient déjà joué ensemble dans une pièce de théâtre, Penny Arcade de Maurie Baumer en 1930, puis dans son adaptation cinématographique, Sinners’ Holiday (John G. Adolfi, 1930). Après ce tournage, ils signèrent tous deux des contrats à la Warner. En tout, les deux acteurs tourneront ensemble dans sept films, notamment quelques mois auparavant dans L’Ennemi public qui lança la carrière James Cagney, avec cette image emblématique de gangster dur à cuire. Le critique Otis Ferguson déclara qu’il serait difficile de dire ce qu’aurait été l’image du personnage global américain sans lui.

 

TITRE

Other men’s women fut d’abord réalisé sous le titre de The Steel Highway, adapté par Maude Fulton à partir d’un récit du même nom. Maude Fulton fut la scénariste de Under Eighteen (Archie Mayo, 1932), Mystérieux week-end (Broadway Bad, Sidney Lanfield, 1933) et Le Faucon maltais (The Maltese Falcon, John Huston, 1941). Malgré le fait que le titre en porte la mention, le copyright ne fut apparemment jamais déposé, en tout cas sous aucun des deux titres.

 





Other Men’s women
(Other men’s women)
États-Unis, 1931, 1h10, noir et blanc, format 1.37

Réalisation : William A. Wellman
Assistant à la réalisation : Frank Shaw
Scénario : Maude Fulton
Dialogues : William K. Wells
Photo : Barney McGill
Musique : Erno Rapee
Montage : Edward M. McDermott
Costumes : Earl Luick
Interprètes : Grant Withers (Bill White), Mary Astor (Lily Kulper), Regis Toomey (Jack Kulper), James Cagney (Ed Bailey), Fred Kohler (Haley), J. Farrell MacDonald (Peg-Leg), Joan Blondell (Marie), Lillian Worth (waitress), Walter Long (Mike Bix)
Sortie aux États-Unis : 17 janvier 1931
Le film n’est pas sorti alors en France.
 

 

Provenance de la copie : Filmoteca Española (Madrid)




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011