Les Ailes

William A. Wellman

États-Unis, 1927


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
En 1917, Jack (Charles « Buddy » Rogers) et David (Richard Arlen) s’engagent comme pilotes dans l’United States Air Forces pour combattre en Europe, où ils deviennent amis. Mary (Clara Bow) est secrètement amoureuse de Jack, son voisin. Lui n’a d’yeux que pour Sylvia (Jobyna Ralston), qui vient de la capitale. Et Sylvia, elle, est amoureuse de David. Mais c’est la guerre, et l’amour et l’amitié sont menacés…

Les Ailes est le film de toutes les démesures. William A. Wellman semble voir le monde depuis le cockpit d’un avion. Cette production est l’une des plus gigantesques du cinéma muet : des milliers de figurants, cent soixante avions, des dizaines de caméras, vingt-trois caméramans, deux millions de dollars (dont des aides de l’État) ont été employés durant neuf mois de tournage (le réalisateur a attendu un mois d’avoir la bonne lumière pour tourner une scène aérienne). Il a déployé des moyens immenses : tanks, canons, aéroplanes, troupes. Le film a été projeté pendant deux ans aux États-Unis. D’authentiques aviateurs ont tourné comme pilotes : l’Allemand Carl von Haartman, l’Anglais S. C. Campbell, le Français Pearsons, l’Américain Dick Grace, qui se fait projeter contre le fuselage de son avion et reste six semaines à l’hôpital. Les Ailes est le premier film américain dédié à l’aviation américaine – et Wellman en tournera à lui seul une dizaine. À l’époque, il n’est le réalisateur que deux films. Son expérience de pilote militaire médaillé et de cascadeur aérien persuade le producteur de lui faire confiance. « Wellman fait partie d’une génération de cinéastes habitués depuis le muet à être les maîtres à bord et n’acceptant pas qu’on restreigne leur liberté, écrit Bertrand Tavernier dans Amis Américains. Leur tournure d’esprit pouvait être conservatrice, voire réactionnaire, cela ne les empêchait pas de se battre contre des tabous, des interdits. Le producteur était l’homme à abattre dès qu’il voulait fourrer son nez dans le tournage. On sait que Wellman envoya les producteurs de Wings dans un champ sans les prévenir qu’il allait être bombardé. Il en fut débarrassé pour le reste du film. » Les Ailes ne vante pas l’héroïsme primaire, mais le courage véritable, et les personnages ne tirent aucune gloire de leurs actions d’éclat. Lorsque Wellman mélange éléments réalistes et romantisme du récit pour filmer la guerre et la mort, la réussite est totale !

 

ACTEURS

Clara Bow est à l’époque la nouvelle vedette féminine d’Hollywood. Selon son biographe David Stenn, il y eut de fortes tensions entre elle et le costumier car elle voulait que l’on voie ses courbes malgré l’uniforme militaire qu’elle porte. Sa carrière s’arrêta en 1931, suite à quelques scandales et accusations qui s’avérèrent en grande partie erronés.

 

UN ÉTRANGE CALENDRIER

Les Ailes est sorti en avant-première à New-York en août 1927, puis en janvier 1928 à Los Angeles. Après quelques projections, le film est remonté : il passe de quatorze à treize bobines. Mais en 1927, un film change la donne : Le Chanteur de jazz (The Jazz Singer, Alan Crosland), premier film parlant. La sortie nationale de Wings eut enfin lieu en janvier 1929, dans une version « sonorisée ».

 

OSCAR

Les Ailes a été le premier film récompensé à la première cérémonie des Oscar. De fait, c’est le premier (et le dernier) film muet à recevoir cette distinction. Et Roy Pomeroy remporte le premier Oscar des effets spéciaux.

 

D’APRES IMDB

D’après Imdb (site internet de cinéma que, rappelons-le, le festival Lumière met à l’honneur), c’est dans Wings qu’on voit pour la première fois deux hommes s’embrasser au cinéma.

 





Présenté par Bertrand Tavernier

Accompagnement au piano : Thomas Parle

 

Les Ailes
États-Unis, 1927, 2h31 selon les versions, noir et blanc, format 1.33

Réalisation : William A. Wellman
Scénario : Hope Loring, Louis D. Lighton, d’après une histoire de John Monks Saunders
Photo : Harry Perry
Séquences aériennes : Russel Harlan, Ray Olsen, William Clothier, Ernest Laszlo
Musique : J. M. Zamecnik (non crédité)
Montage : E. Lloyd Sheldon
Costumes : Travis Banton, Edith Head
Production : Lucien Hubbard ; Jesse L. Lasky, Adolph Zukor (producteurs délégués) ; B. P. Schulberg (producteur associé)
Interprètes : Clara Bow (Mary Preston), Charles "Buddy" Rogers (Jack Powell), Richard Arlen (David Armstrong), Jobyna Ralston (Sylvia Lewis), El Brendel (Herman Schwimpf), Richard Tucker (commandant de l’aviation), Gary Cooper (le cadet White), Arlette Marchal (Céleste)
Sortie aux États-Unis : 12 août 1927
Sortie en France : 23 novembre 1928

 

Provenance de la copie : Cinémathèque française

Ayant-droit : Hollywood Classics





Diaporama :
 : Les Ailes  : Les Ailes  : Les Ailes  : Les Ailes  : Les Ailes
 : Les Ailes  : Les Ailes  : Les Ailes    

Séances



Mardi 13 octobre à 14h30, BELLECOUR / LYON 2
Jeudi 15 octobre à 14h30, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011