Le Trou

Jacques Becker

France, Italie,, 1960


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Cinq hommes. Une cellule de la prison de la Santé. Un plan d’évasion. Parmi eux, Claude Gaspard, un détenu accusé d’avoir tenté d’assassiner sa femme. En dépit des risques, des alertes et des accidents, les cinq, qui encourent de lourdes peines, iront chaque nuit travailler « au trou ». Mais un matin, Gaspard est appelé dans le bureau du directeur : sa femme a retiré sa plainte, il va être remis en liberté. Or l’évasion est prévue pour le soir même…

« Je suis persuadé que l’on peut tourner en peu de temps, dans des décors simples, avec des acteurs inconnus, des choses épatantes », déclare Becker en 1958. Deux ans plus tard, Le Trou sort en salles. Le « trou », c’est à la fois la prison, la cellule et le tunnel que creusent les détenus. Le film tient parfois du documentaire : attention extrêmement minutieuse aux détails des préparatifs de l’évasion, pas de musique, bruits de la cellule et de la prison pour unique bande-son, acteurs non professionnels dont un ex-détenu. Mais surtout, le film est l’adaptation du livre Le Trou de José Giovanni, témoignage de l’auteur sur sa tentative d’évasion de la prison de la Santé en 1947. Becker se fera aider par Giovanni, qui participera à l’écriture du scénario et des dialogues, et par Jean Kéraudy, ancien compagnon de cellule de Giovanni, qui jouera le rôle de Roland Darban. Le Trou est un film d’hommes – excepté Marguerite Renoir, l’équipe technique et artistique est constituée d’hommes, et raconte une histoire d’hommes – l’amitié masculine est un thème cher à Becker (Casque d’Or, 1952 ; Touchez pas au grisbi, 1954 ; Montparnasse 19, 1958) comme la trahison (Goupi Mains Rouge, 1943 ; Casque d’Or ; Touchez pas au grisbi). Film réaliste sur le collectif, alors que celui de Bresson auquel il fait écho (Un condamné à mort s’est échappé, 1956), est une oeuvre métaphysique sur la solitude. Le Trou est l’un des films de Jacques Becker que Françoise Fabian préfère : « C’est culotté, ces cinq types enfermés dans une prison, ce film rude, où la vie, la tension sont comprimées… Il n’y a aucun lyrisme dans Le Trou, rien que des hommes qui se battent dans le béton, qui tapent sur un mur, sans parler, avec des objets dérisoires, sans musique. » Elle a beaucoup d’admiration pour le travail de Jacques Becker avec les acteurs : « Il ne leur faisait pas sentir qu’ils étaient des débutants, il les considérait comme des professionnels, tirait parti de leurs voix, de leurs gestes. Jacques ne voulait pas exercer de pouvoir sur les acteurs, il n’était pas jaloux, il avait naturellement un pouvoir mais qui n’asservissait pas l’autre. » (Entretien avec Françoise Fabian cité dans Jacques Becker, Claude Beylie et Freddy Buache, Festival International de Locarno, 1991). Le Trou recevra en 1961 le Prix de la critique (meilleur film) du Syndicat Français de la Critique de Cinéma, et Jean-Pierre Melville dira même que c’est là le plus grand film français jamais réalisé.

 

 

DE LA SUEUR, DE LA VRAIE !

Pour amplifier le réalisme du film, Becker a demandé à son décorateur de réaliser de vraies plaques de béton pour constituer le sol de la prison. De cette façon, la sueur et la fatigue des acteurs sont authentiques et d’autant plus sensibles pour le spectateur.

 

JOSÉ GIOVANNI

José Giovanni, auteur du livre dont le film est adapté, et coauteur du scénario et des dialogues, écrit avec Le Trou son premier roman, qui raconte sa tentative d’évasion avec d’autres détenus. Dans le livre et dans le film, il est le personnage Manu. Giovanni fut condamné à mort, puis gracié par le Président de la République Vincent Auriol. Il commença à écrire des romans en prison, puis le cinéma s’intéressa à lui. Il travailla avec Sautet (Classe tous risques, 1960), Melville (Le Deuxième souffle, 1966), Enrico (Les Grandes gueules, 1966), Verneuil (Le Clan des Siciliens, 1969) avant de passer lui-même à la réalisation (Dernier domicile connu, 1970 ; Deux hommes dans la ville, 1973 etc.). À noter que Giovanni coécrit le premier film de Jean Becker, le fils de Jacques, assistant devenu réalisateur : Un nommé La Rocca (1961), à partir d’un de ses romans.

 

DERNIER FILM

Déjà malade, Jacques Becker est victime de plusieurs malaises sur le tournage du film. Il souffre d’insuffisance hépatique et de problèmes cardiaques. Il meurt le 21 février 1960, alors que le mixage est encore en cours. Malgré une presse élogieuse, le film, qui sort un mois plus tard, est un échec commercial et le producteur décide d’en couper vingt-quatre minutes. C’est cette version que l’on connaissait jusqu'alors. Le film sera montré pour la première fois dans sa version intégrale d'origine.

 






Le Trou

France , Italie, 1960, 2h11, noir et blanc, format 1.66

Réalisation : Jacques Becker
Scénario : Jacques Becker, Jean Aurel, José Giovanni d’après le roman Le Trou de José Giovanni
Dialogues : Jacques Becker, José Giovanni
Assistant à la réalisation : Jean Becker
Photo : Ghislain Cloquet
Musique : Jean Wiener
Montage : Marguerite Renoir
Décors : Rino Mondellini
Production : Play Art, Filmsonor, Titanus
Interprètes : Jean Kéraudy (Roland Darban), Marc Michel (Claude Gaspard), Raymond Meunier (Monseigneur), Michel Constantin (Jo), Philippe Leroy (Manu), Catherine Spaak (Nicole), Eddy Rasimi (Bouboule), André Bervil (le directeur de la prison), Jean-Paul Coquelin (Grinval), Dominique Zardi (un détenu)
Sortie en France : 18 mars 1960

Distributeur : Les Acacias pour StudioCanal

Version longue et copie restaurée par Studio Canal. La version longue a été reconstituée à partir du marron standard, seul élément existant dans sa version complète




Diaporama :
 : Le Trou  : Le Trou  : Le Trou  : Le Trou  : Le Trou
 : Le Trou  : Le Trou  : Le Trou    

Séances



Mercredi 30 novembre à 21h30, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8
Vendredi 02 décembre à 19h00, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8
Dimanche 04 décembre à 19h00, ITUT LUMIERE / HANGAR / LYON 8




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011