Le Tartuffe

Gérard Depardieu

France, 1984


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Attention Molière : Orgon (François Périer) est un homme de bien dupé par la fausse piété de "Tartuffe" (Gérard Depardieu), qui n’a pas un sou. Le prenant pour un parangon de vertu, Orgon l’invite dans sa maison et ordonne à sa fille Marianne (Hélène Lapiower) de l’épouser et de rompre avec son fiancé. Démasqué grâce à un piège tendu par Elmire (Elisabeth Depardieu), la femme d’Orgon, Tartuffe veut chasser Orgon de chez lui grâce à une donation inconsidérée que celui-ci lui a faite de ses biens…

Voilà un très bon film, et un Depardieu bien méconnu, pour lequel le théâtre tenait une place considérable avant de travailler exclusivement au cinéma. Dans cette « adaptation filmée », il a respecté la mise en scène de Jacques Lassalle, dans laquelle il avait joué – et dont la première avait eu lieu le 12 mai 1964. C’est la première fois que Gérard Depardieu prononce un texte en alexandrins, lui qui sortait du tournage de Fort Saganne – il réitèrera l’expérience de la versification avec Cyrano. « La pièce raconte l’histoire d’un putsch manqué de peu, écrit Serge Daney dans Libération, avec un personnage qui doit gagner sur tous les tableaux à la fois, pour en finir. C’est cette impatience de l’homme devant son désir (un désir buté, compulsif, terrien – comme toujours chez Molière) qui rend le personnage de Tartuffe aussi grandiose qu’elliptique. » Dans le même journal, Jean-Pierre Thibaudat, un spécialiste, raconte que le désir de ce projet est venu à Gérard Depardieu du regret de ne pouvoir « palper les spectacles de Jouvet, de quelques autres, dont il ne reste au mieux qu’un jeu de mauvaises photos. » Le film est donc une manière de rendre hommage au Jouvet (cher, entre autres, à Raymond Chirat et Olivier Barrot), qui avait dit : « Une pièce de théâtre, quand elle n’est pas un triste porte-manteau pour accrocher des idées ou des théories, est un étrange kaléidoscope pour un jeu d’interrogations à l’infini. » « On n’en n’a jamais fini avec Tartuffe, déclarait Depardieu au moment de la sortie du film : c’est un personnage très moderne, il a un côté gourou. On a toujours des gourous, des gens qui nous fascinent. Tartuffe est fascinant parce qu’il correspond aussi à notre époque. » Le film n’est plus une comédie, on évolue dans une ambiance inquiétante, au beau milieu d’une mise en scène sombre et froide. Aux Cahiers du Cinéma, Alain Philippon apprécie la démarche : « Gérard Depardieu n’a pas hésité, entre deux films classiques, à jouer la modernité : Duras, Handke au théâtre, Ferreri, Pialat au cinéma. Il n’hésite pas aujourd’hui à revenir aux sources : plus subtil que jamais chez Molière. »

 

ADAPTATION

Bien avant les années quatre-vingt avait été réalisée une première version cinématographique de la comédie de Molière : Tartuffe/Herr Tartüff de F. W. Murnau, réalisée en 1925, avec Emil Jannings, Werner Krauss, Rosa Valetti, Hermann Picha et André Mattoni. Et bien d’autres après.

 

AMIE

La chanteuse Barbara était amie des Depardieu (Gérard et elle feront une spectacle ensemble plus tard). C’est elle qui coiffait parfois Gérard Depardieu de la perruque. Elle disait de lui qu’il était un « formidable accoucheur d’acteurs. »

 

FOCALE

Gérard Depardieu avait une idée très précise de la focale à utiliser s’il avait filmé les différentes mises en scène dans lesquelles il avait joué : « Chéreau ? Tout au grand angle, du 28mm ! Régy ? Du 100mm, tout en gros plan. Lassalle ? Plutôt du 50. »

 

JACQUES LASSALLE AU CINÉMA

En 1993, Jacques Lassalle met en scène La Serva Amorosa, avec Philippe Torreton et Catherine Hiegel. Jean Douchet (à l’honneur au Festival Lumière avec le film de Thierry Jousse) voit la pièce et décide de la filmer. « La Serva Amorosa, le film » est aussi une belle œuvre. Jacques Lassalle réussit au cinéma.

 





Le Tartuffe
France, 1984, 2h20, couleur, format 1.66

Réalisation : Gérard Depardieu
Adaptation : Gérard Depardieu d’après la pièce de Molière et la mise en scène de Jacques Lassalle
Assistant à la réalisation : Charlotte Trench
Photo : Pascal Marti
Montage : Hélène Viard
Costumes : François Barbeau
Décors : Yannis Kokkos
Production : Margaret Menegoz
Interprètes : Gérard Depardieu (Tartuffe), François Périer (Orgon), Yveline Ailhaud (Dorine), Paule Annen (Mme Pernelle), Paul Bru (un exempt), Elisabeth Depardieu (Elmire), Dominique Ducos (Flipote), Noureddine El Ati (Laurent), Bernard Freyd (Cléante), Hélène Lapiower (Marianne), Jean-Marc Roulot (Valère), Jean Schmitt (M. Loyal), André Wilms (Damis)
Sortie en France : 5 septembre 1984

Distributeur : Gaumont




Diaporama :
 : Le Tartuffe  : Le Tartuffe  : Le Tartuffe  : Le Tartuffe  




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011