La Nuit tous les chats sont gris

Gérard Zingg

France, 1977


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
En Angleterre, un gentleman nommé Watson (Robert Stephens) raconte à sa nièce Lily (Charlotte Crow) des histoires à dormir debout. En France, puis en Suisse et à Salzbourg, ces histoires se matérialisent autour de la personne de Philibert (Gérard Depardieu), séduisant gigolo que son inventeur pousse au vol puis au crime. Il arrive que Watson entraine Lily dans le monde peu recommandable de Philibert. Il arrive également que Philibert rende visite à Watson pour lui révéler d’inquiétants secrets…

Dans une ambiance british, Charles Watson, lymphatique gentleman britannique, grand amateur de billard et de boissons alcoolisées, vit paisiblement retiré dans la campagne anglaise. Gérard Zingg voulait réaliser un film qui soit « un mélange du rêve et de la réalité, l’entre chien et loup du matin. » La Nuit tous les chats sont gris se situe dans le registre de la fantaisie un peu surréaliste des jeux de l’imaginaire et de sa rencontre avec la réalité. Gérard Zingg domine parfaitement ce matériau original et délicat. Entre « Lewis Caroll et Sherlock Holmes » (Jean-Luc Douin), c’est un mélange des genres comique, tragique, poétique, et, espère Zingg, de l’aventure. L’auteur révèle ses tentations secrètes, le personnage échappe à son créateur, et le spectateur exige la modification de l’histoire. Gérard Zingg promène un regard romantique sur le dédoublement de personnalité, faisant un clin d’œil au Dr Jekyll et à Mister Hyde. Zingg est merveilleusement entouré : la très belle photographie de Bruno Nuytten crée une atmosphère propice à tous les sortilèges ; les dialogues de Philippe Dumarçay sont pleins d’ironie et de tendresse ; Depardieu, en minet de gouttière, est prodigieux d’intelligence et de complexité ; Laura Betti n’est pas moins ambigüe que son personnage ; Robert Stephens met mille nuances dans son personnage de conteur. « La nouveauté ici, c’est un onirisme aussi naturel que nos propres rêves. Rien de forcé, ni d’appuyé comme dans la plupart des œuvres de cette inspiration. Le fantastique, mais simple, quotidien, coulant de source. Les images ont autant de vérité, de densité, que nos propres fantasmes. » (Claude Mauriac). Frédéric Mitterrand, qui travaille alors dans le cinéma, jugera que Gérard Zingg « se place à un niveau d’originalité et de talent extrêmement rares. »

 

PARCOURS

La Nuit tous les chats sont gris est le premier film de Gérard Zingg, qui a été l’assistant de Chris Marker, du réalisateur brésilien Ruy Guerra, de Claude Goretta, et le premier assistant à la réalisation de Bertrand Blier dans Les Valseuses.

 

FESTIVAL DE PARIS

La Nuit tous les chats sont gris et Le Fond de l’air est rouge de Chris Marker ont représenté la France au festival de Paris en 1977. Le film avait été très remarqué par la presse à l’occasion de ce festival dénicheur de nouveaux talents. Gérard Zingg n’était cependant pas un inconnu des festivals : il avait reçu le Grand Prix du court-métrage au festival d’Hyères pour La Quille, bon Dieu !.

 

FINANCEMENT

Gérard Zingg a passé plus d’un an à frapper aux portes des sociétés de production. Il avait un allié de poids : Gérard Depardieu, qui croyait dur comme fer au projet, et un petit budget, une avance sur recette, une participation à la production. Et sans la ténacité des deux Gérard, le film n’aurait sûrement jamais vu le jour : Depardieu finança l’écriture du scénario, et ils commencèrent le tournage sans avoir l’intégralité de la somme nécessaire au film. Ce complément sera assuré par R. Zaoui, un fabricant de pantalon.

 

ET ENSUITE ?

Qu’est devenu Gérard Zingg, après avoir réalisé un autre long métrage dix ans plus tard (Ada dans la jungle) et co-écrit d’autres films ?

 





La Nuit tous les chats sont gris
France, 1977, 2h04, couleur, format 1.66

Réalisation : Gérard Zingg
Scénario : Gérard Zingg, Philippe Dumarçay
Dialogues : Philippe Dumarçay
Assistant à la réalisation : Jacques Tronel
Photo : Bruno Nuytten
Musique : Jean-Claude Vannier
Montage : Hélène Viard
Décors : Jean-Pierre Svelko
Costumes : Christian Gasc
Production : Jean-Pierre Sammut
Interprètes : Gérard Depardieu (Philibert), Robert Stephens (Charles), Charlotte Crow (Lily), Laura Betti (Jacqueline), Ann Zacharias (chatte blanche), Virginie Thevenet (Jeanette), Dominique Laffin (la vendeuse)
Sortie en France : 23 novembre 1977

 

Distributeur : Carlotta Films

Copie neuve

Ressortie en salles en 2012





Diaporama :
 : La Nuit tous les chats sont gris  : La Nuit tous les chats sont gris  : La Nuit tous les chats sont gris    




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011