Goupi Mains Rouges

Jacques Becker

France, 1943


Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Séance exceptionnelle le Alpha Cinéma
Dans un petit village des Charentes, pendant l’entre-deux-guerres, vit la famille Goupi, prototype du clan paysan. Monsieur (Georges Rollin) arrive de Paris à la demande de son père, qui veut secrètement le marier à sa cousine Goupi Muguet (Blanchette Brunoy). Son arrivée coïncide avec la mort de Goupi Tisane (Germaine Kerjean), retrouvée assassinée dans la forêt, et la disparition de dix mille francs…

Après le polar Dernier atout, Jacques Becker réalise Goupi Mains Rouges, une chronique paysanne adaptée du roman de Pierre Véry. Le film a encore davantage de succès que le précédent – et il est considéré aujourd’hui comme l’une des plus belles réussites du cinéaste (mais il y en a tellement). « Chez Becker, écrit Jacques Lourcelles dans son Dictionnaire du cinéma, la virtuosité est une seconde nature. Il sait faire vivre avec une aisance confondante une quinzaine de personnages complexes au sein d’une intrigue infiniment riche en ramifications et en interconnexions de tous ordres. » Car Becker accorde une grande attention aux détails : les costumes, les décors, les accessoires, les modes de vie et traditions, tout est soigneusement étudié. C’est d’ailleurs par souci de réalisme qu’il se sépare de son chef opérateur Pierre Montazel – avec qui il collaborera de nouveau à l’occasion de tournages ultérieurs – pour travailler avec Jean Bourgoin ; il reproche en effet à Pierre Montazel des plans trop léchés, alors qu’il souhaite rendre la rudesse du milieu paysan. S’il emploie des acteurs connus (Robert Le Vigan, Fernand Ledoux, Blanchette Brunoy), il ne fait pourtant pas tourner les grandes stars de l’époque, ne voulant pas écraser les seconds rôles et préservant l’équilibre général. C’est une préoccupation qu’il aura tout au long de sa carrière. Ce second film est, comme le premier, tourné sous l’Occupation ; on peut voir, dans la description de cette famille cupide et fermée, la critique d’une France qui reste passive face à la guerre et à ses horreurs, la France des valeurs pétainistes qui prônent un retour à la terre et aux traditions familiales. Osons la comparaison : Goupi Mains Rouges peut faire songer au Ruban blanc de Michael Haneke (2009) – ou plutôt le contraire, chronologiquement. Becker adopte à l’égard de cette famille un ton à la fois familier et distant, souvent ironique. Cela se retrouvera dans une autre étude de milieu, celui de la couture, dans Falbalas.

 

LE MILIEU PAYSAN

Jacques Becker arrive à convaincre la production de tourner dans une authentique ferme charentaise, et non dans une ferme de la Beauce, comme le propose la production qui juge cette solution moins coûteuse. Il tournera à Villebois- Lavalette où, n’étant pas familier du milieu paysan, il observera la vie et les moeurs des habitants. Il y achètera même, dans un souci de réalisme, les costumes des acteurs.

 

SUR PIERRE VERY

Du regretté Claude Beylie : « Je ne peux résister au plaisir de vous citer quelques noms de personnages issus de l’imagination débridée de Pierre Véry, même s’ils n’ont pas tous été portés à l’écran : Désiré Triboire, Prosper Lepicq, le père Conscrit, Monsieur Dimanche, Tonton Marjolaine, les Chiche-Capon du pensionnat de Saint-Agil, Casimir Gond, Esprit Follet, les frères Mamelle, Simon le Gouge et le plus extraordinaire de tous dans le royaume des fainéants, Hubert Hillarion de Villejuif Bel-Air. Ces noms, ainsi que cent autres qui composent une galerie de personnages “funambulesques” chargés de poésie jusqu’à la gueule, vous sont sans doute totalement inconnus. Ils ont bercé mon adolescence et je crois, celle de tous les amateurs de Pierre Véry. » (Jeux d’auteurs, Mots d’acteurs, Institut Lumière/Actes Sud, 1994).

 

ROBERT LE VIGAN

Cet acteur est remarqué dans plusieurs seconds rôles pendant les années trente et quarante. Dans Goupi Mains Rouges, on est ébloui par son jeu, dont le génie rend parfaitement la folie hallucinée du personnage de Goupi Tonkin. À la Libération, peu après le tournage du film, l’acteur, ami de Céline et comme lui féroce antisémite, sera condamné à dix ans de travaux forcés, puis libéré sous condition. Il s’exilera en Argentine où il mourra. Marc Maurette parle des discussions tendues qui, le soir, opposaient l’acteur au reste de l’équipe, notamment à Becker qui sera compagnon de route du PCF et membre de la Résistance cinématographique.

 

AFFAIRE DOMINICI

Le meurtre en milieu rural aura une longue vie cinématographique : on peut notamment citer La Veuve Couderc (Pierre Granier-Deferre, 1971), Les Granges brûlées (Jean Chapot, 1973) et, bien sûr, L’Affaire Dominici avec Jean Gabin (Claude Bernard-Aubert, 1972). Le comportement de la famille Dominici n’est pas sans rappeler celui des Goupi que nous donne à voir Becker.

 

DÉNOUEMENT

Une partie du roman se déroule dans un champ de manoeuvres de l’armée française. Mais pendant la Seconde Guerre mondiale, il est impossible de tourner dans un camp militaire, et il n’y a plus d’armée française. Becker doit donc adapter le roman à la situation du pays : il changera la fin et changera donc d’assassin.





Goupi Mains Rouges
France, 1943, 1h44, noir et blanc, format 1.37

Réalisation : Jacques Becker
Scénario : Jacques Becker, Pierre Véry d’après le roman Goupi-Mains rouges de Pierre Véry
Dialogues : Pierre Véry
Assistant à la réalisation : Marc Maurette
Photo : Pierre Montazel puis Jean Bourgoin
Musique : Jean Alfaro
Montage : Marguerite Renoir
Décors : Pierre Marquet
Production : Les Films Minerva

Interprètes : Fernand Ledoux (Goupi Mains Rouges), Georges Rollin (Goupi Monsieur), Blanchette Brunoy (Goupi Muguet), Robert Le Vigan (Goupi Tonkin), Arthur Devère (Goupi Mes Sous), Line Noro (Marie des Goupi), Marcelle Hainia (Goupi Cancan), Germaine Kerjean (Goupi Tisane), René Génin (Goupi Dicton), Maurice Schutz (Goupi l’Empereur), Guy Favières (Goupi La Loi)

Sortie en France : 14 avril 1943

 

Distributeur : Pathé

Provenance de la copie : Institut Français




Diaporama :
 : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges
 : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges  : Goupi Mains Rouges    




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011