Ali Baba et les quarante voleurs

Jacques Becker

France, 1954


Cassim (Henri Vilbert) envoie son serviteur Ali Baba (Fernandel) au marché aux esclaves pour y acheter « deux danseuses bien grasses. » Ali Baba y acquiert la belle Morgiane (Samia Gamal), dont il s’éprend aussitôt. Alors qu’il part acheter un perroquet qui a plu à la jeune femme, la caravane est attaquée par Abdul (Dieter Borsche) et sa bande des quarante voleurs. Mais Ali Baba se cache dans un panier, d’où il découvre la cachette du butin, et la fameuse formule magique : « Sésame ouvre-toi »…

Le projet date de la première collaboration de Jacques Becker et Pierre Véry lors de Goupi Mains Rouges. Au départ, Becker voulait tourner au Maroc avec Henri Salvador. Mais la production a imposé Fernandel. Lors d’une interview, Becker, avec sa courtoisie habituelle, dira avoir été très heureux de tourner avec lui, mais Rivette, stagiaire sur le tournage, donne une autre version : « Fernandel était quelqu’un de pas sympathique du tout, tellement vaniteux, imbu de lui-même. » Or le contrat que signe Fernandel a tendance à corroborer les dires de Rivette ; en voici quelques courts extraits : « À tout moment, j’aurai la faculté de faire apporter à mon rôle et au film toutes modifications que je jugerai utiles. Aucune coupure, réintégration, adjonction, interversion, ou substitution de texte, de dialogue, de couplets, de musique, ou d’images, ne pourront être opérées sans mon agrément préalable. Tant dans l’action que dans les dialogues et les images, le film sera conçu et développé en considération de ma nature, de mes caractéristiques physiques, et de ma notoriété. » Pourtant, le film est bien accueilli par le public, c’était prévisible, mais également par la critique. On peut noter, cependant, un soupçon de mauvaise foi chez certains : « À la première vision, Ali Baba m’a déçu, à la seconde ennuyé, à la troisième passionné et ravi », écrira François Truffaut dans les Cahiers du cinéma de février 1955. Dans son projet initial, Becker voulait tourner avec une petite équipe, et des acteurs recrutés sur place ; il parlait non sans humour d’« aller tourner tranquillement [s]on petit Nanouk marocain. » Mais Fernandel ramène avec lui toute une clique d’acteurs marseillais, dont l’accent dépareille parfois avec la scène. D’autre part le scénario a été un vrai casse-tête, ils furent une petite dizaine à y travailler successivement : des gens avec qui Becker avait l’habitude de collaborer (Griffe, Maurette, Wademant) mais également André Tabet, Cesare Zavattini (le scénariste de Vittorio De Sica), Antoine Blondin et Roger Nimier. Ali Baba et les quarante voleurs a réalisé plus de quatre millions d’entrées lors de sa sortie.

 

LE SOUVENIR

Simone Signoret raconte qu’elle et Montand ont gardé une amitié éternelle pour Becker après Casque d’Or. Elle a conservé précieusement, dans sa maison de campagne, où Jacques Becker venait souvent, un objet fabriqué par le réalisateur : deux sortes de « lampes bancales qui tenaient de l’amphore et de la cafetière géante, rapportées à la fin du tournage d’Ali Baba, dont il disait lui-même qu’il serait interdit aux plus de huit ans. »

 

FÉÉRIE

Paul Misraki, par ailleurs compositeur de l’illustre chanson « Tout va très bien Madame la marquise » interprétée par l’orchestre de Ray Ventura, a écrit la musique du film. Jacques Becker avait des idées très précises sur ce qu’il voulait. La musique fut composée dans un esprit de féérie porté par la mélodie et les instruments. Misraki utilise par exemple le son pur et cristallin du célesta quand la porte de la caverne s’ouvre devant Ali Baba.

 

ÉCLATANTES COULEURS

Ali Baba est le premier film en couleur de Jacques Becker. Et c’est un régal lors des scènes de danse du ventre, peut-être les meilleures du film, dans lesquelles l’actrice égyptienne Samia Gamal, la Lollobrigida orientale, se dévoile dans des costumes somptueux aux couleurs éclatantes.

 





Ali Baba et les quarante voleurs
France, 1954, 1h32, noir et blanc, format 1.37

Réalisation : Jacques Becker
Scénario : Cesare Zavattini, Jacques Becker, Marc Maurette, Maurice Griffe d’après le conte Les Mille et une nuits
Dialogues : André Tabet
Assistant à la réalisation : Jean Becker, Marc Maurette, Jean-François Hauduroy
Photo : Robert Lefebvre
Musique : Paul Misraki, Jean Manse (chanson)
Montage : Marguerite Renoir
Décors : Georges Wakhevitch
Costumes : Georges Wakhevitch, Ferdinand Junker, Jacqueline Moreau (dessinatrice), Marcelle Desvignes (robes)
Production : Les Films du Cyclope

Interprètes : Fernandel (Ali Baba), Samia Gamal (Morgiane), Henri Vilbert (Cassim), Dieter Borsche (Abdul), Édouard Delmont (le père de Morgiane), Edmond Ardisson, Manuel Gary, Julien Maffre, José Casa (les mendiants), Gaston Orbal (le mufti), Bob Ingarao (un voleur)

Sortie en France : 24 décembre 1954

Distributeur : Les Acacias pour StudioCanal

Copie restaurée par Studio Canal





Diaporama :
 : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs
 : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs  : Ali Baba et les quarante voleurs    




  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2011
  • France Inter 2011
  • Variety 2011
  • Le monde 2011
  • Studio Live 2011
  • Petit Bullettin 2011
  • Evene 2011
  • Telerama 2011

  • Partenaires transport :
  • Trans Air France 2011
  • Trans Renault 2011
  • Trans RA 2011
  • Trans RER 2011
  • Trans Sytral 2011